Sic transit gloria mundi

Le bloc note personnel de Charlie

Posts Tagged ‘International

L’émissaire américain au Proche Orient

with one comment

L’émissaire américain pour le Proche-Orient, George Mitchell, nouvellement investi par le Président Obama de tous pouvoirs pour parler en son nom, était attendu mardi 27 janvier au Proche-Orient pour une mission d’information, avec une première halte au Caire.

Après une rencontre avec  M. Obama à la Maison Blanche, en présence de la secrétaire d’Etat, Hillary Clinton, sa visite de huit jours le mènera en Israël, en Cisjordanie, ainsi qu’en Egypte, en Jordanie, en Arabie Saoudite, en France et en Grande-Bretagne.

La cause de la paix au Proche-Orient est importante pour les Etats-Unis, « elle est importante pour moi personnellement », a dit le président américain en accueillant l’émissaire dans le Bureau ovale. Le sénateur Mitchell devra obtenir de véritables progrès, selon Obama.

Ce voyage est l’une des premières initiatives diplomatiques de la nouvelle administration. les déclarations de M. Obama sont cependant sinon naîves, du moins banales : la mission est urgent, M. Mitchell doit écouter les acteurs régionaux ; « nous espérons que le sénateur Mitchell pourra nous donner des idées sur la manière de solidifier le cessez-le-feu (entre Israël et le mouvement radical Hamas dans la bande de Gaza) pour assurer la sécurité d’Israël et faire en sorte que les Palestiniens de Gaza reçoivent les approvisionnements de base dont ils ont besoin ».

George Mitchell devrait rester trois jours, de mercredi à vendredi, en Israël et en Cisjordanie pour des entretiens avec les dirigeants israéliens et palestiniens, avant de poursuivre sa tournée avec des entretiens à Amman avec les dirigeants jordaniens, puis se rendre dimanche à Ryad. Deux étapes en Europe, à Paris lundi puis Londres mardi, sont ensuite planifiée, avant le retour à Washington pour compte rendu.

Né d’un père irlandais et d’une mère libanaise, George Mitchell est considéré comme l’un des artisans de la paix en Irlande du Nord. Il est aussi un bon connaisseur du Proche-Orient: en 2000, il avait présidé une commission internationale chargée de trouver les moyens de faire cesser la violence entre Palestiniens et Israéliens.

Publicités

Written by illico

27 janvier 2009 at 9:43

Obama : main tendue vers l’Iran

leave a comment »

Iran: les USA prêts à tendre la main s’il desserre le poing, réaffirme Obama

Le président américain Barack Obama a réaffirmé lundi son intention de permettre l’ouverture de discussions avec l’Iran et de tendre la main au régime islamique si ce dernier « desserre le poing ».

« Je pense qu’il est important que nous soyons prêts à parler à l’Iran, pour dire très clairement où sont nos divergences, mais aussi où se trouvent les possibilités de progrès », a dit M. Obama dans un entretien qu’il a accordé à la chaîne al-Arabiya.

« Au cours des prochains mois, nous allons élaborer le cadre général et l’approche. Et, comme je l’ai dit dans mon discours d’investiture, si des pays comme l’Iran sont prêts à ouvrir le poing, ils trouveront une main tendue de notre part », a-t-il dit selon le texte que la Maison Blanche a diffusé de cet entretien.

« J’ai dit au cours de ma campagne qu’il était très important de veiller à utiliser tous les instruments de la puissance américaine, y compris la diplomatie, dans nos rapports avec l’Iran », a-t-il dit.

Les Etats-Unis et l’Iran n’ont plus de relations diplomatiques depuis 1980. Le prédécesseur de M. Obama, George W. Bush, conditionnait l’ouverture de discussions avec l’Iran à la suspension par le régime islamique de ses activités nucléaires les plus sensibles.

Written by illico

27 janvier 2009 at 7:19

Publié dans International, Iran

Tagged with , ,

Le Comissaire européen au développement dénonce la responsabilité du Hamas

leave a comment »

– Louis Michel s’en prend au Hamas dans son fief de Gaza

Le commissaire européen au Développement, Louis Michel, a lancé lundi à Gaza une virulente attaque contre le Hamas qui contrôle le territoire, lui imputant une « responsabilité écrasante » dans la guerre et excluant tout dialogue avec un mouvement qualifié de « terroriste ». « Ce que j’ai vu est abominable, est injustifiable, est inacceptable », a-t-il dit lors d’une conférence de presse au siège de l’Agence de l’ONU pour les réfugiés palestiniens (Unrwa) à Gaza, après avoir vu l’étendue des destructions dans le nord de la bande de Gaza suite à l’offensive israélienne. « Il faut aussi rappeler quand même la responsabilité écrasante du Hamas. Je le dis ici à dessein, le Hamas est un mouvement terroriste et il faut le dénoncer comme tel », avait-il dit plus tôt à Jabaliya (nord). Plus tard lors d’une réunion de presse à Tel-Aviv, M. Michel a ajouté que « tout le monde sait que derrière le Hamas il y a l’Iran et qu’un mouvement qui pratique le terrorisme est incompatible avec les valeurs que défend l’Union européenne ». M. Michel, qui s’illustre d’habitude par ses critiques fermes envers la politique israélienne, est le premier responsable européen de ce rang à visiter la bande de Gaza depuis que le mouvement islamiste palestinien Hamas y a pris le pouvoir en juin 2007, au détriment de l’Autorité palestinienne. Le Hamas a « raté une opportunité d’être un interlocuteur de la communauté internationale » après sa victoire électorale en janvier 2006, en ne répondant pas à la proposition européenne de dialogue, à condition qu’il reconnaisse le droit à l’existence d’Israël et abandonne la lutte armée, a estimé M. Michel. « On ne peut pas discuter avec un mouvement terroriste qui utilise le terrorisme comme moyen. Nous ne pouvons accepter que la manière dont le Hamas se comporte soit confondue avec de la résistance. Quand on tue des civils innocents, ce n’est pas de la résistance, c’est du terrorisme », a-t-il martelé. M. Michel a condamné les tirs de roquettes palestiniennes mais aussi « les opérations militaires visant les civils ». « Rien ne justifie le non respect du droit humanitaire international, celui-ci n’a pas été respecté par les deux parties ». M. Michel a également critiqué une « réaction disproportionnée qui ne peut que nourrir l’extrémisme ». Il s’est toutefois refusé à accuser Israël de « crimes de guerre » tout en estimant qu’en « tant que démocratie, les Israéliens ont la capacité de faire une enquête indépendante ». Le Hamas a dénoncé ces propos, les qualifiant de « déclarations odieuses qui traduisent une partialité totale en faveur de l’ennemi qu’il cherche à exonérer des massacres atroces commis contre le peuple palestinien », selon le porte-parole du gouvernement Hamas, Taher al-Nounou. Il a accusé M. Michel de vouloir « faire plaisir à l’administration américaine et au lobby sioniste pour faire avancer sa carrière ». M. Michel a également dénoncé l’ampleur des destructions causées par l’offensive israélienne. Il a jugé que la reconstruction sera « extrêmement difficile », appelant Israël à ouvrir entièrement les points de passage pour laisser entrer les matériaux de construction. Rappelant l’octroi d’une aide d’urgence de 58 millions d’euros de l’UE aux Palestiniens, il a exprimé le « ras-le-bol » de l’opinion publique européenne de voir les aides partir souvent en fumée en raison des violences. Après Gaza, il s’est rendu à Sdérot (sud d’Israël), où il a affirmé « très bien comprendre » le désarroi de la population, cible des tirs de roquettes de Gaza.

Written by illico

27 janvier 2009 at 7:17

Publié dans actualités, International

Tagged with ,

Crise alimentaire : les plus pauvres sont les plus touchés

leave a comment »

Les difficultés du monde en développement sont aggravées par la hausse des prix de l’alimentation, combinés à l’impact de la crise financière, souligne la Banque mondiale, à la veille de la réunion de Madrid sur la crise alimentaire.

La directrice générale de la Banque Mondiale, Ngozi Okonjo-Iweala doit participer lundi et mardi à une réunion avec les représentants de 95 pays invités par le gouvernement espagnol à tenter de concrétiser les engagements pris lors du sommet de la FAO en juin 2008 à Rome contre la crise alimentaire.

« Nous nous attendons à ce que la grande volatilité des prix se poursuive, et que les pauvres soient les plus durement touchés, puisqu’ils consacrent la moitié de leurs revenus à l’alimentation », a ajouté Mme Okonjo-Iweala dans un communiqué.

La Banque mondiale indique que les consommateurs ne bénéficient pas toujours de la baisse des matières premières. Cas du maïs : le cours mondial a chuté de 32% en un trimestre, mais le prix n’a baissé que de 1% pour les consommateurs de Mombasa (Kenya).

La Banque mondiale souligne que 13 millions de personnes ont déjà bénéficié d’aide depuis mai, à travers des centres de distribution, des systèmes de rémunération, et la distribution de semences et d’engrais à de petits exploitants, notamment au Kirghizstan, au Tadjikistan, en Somalie, au Niger, en Ethiopie et au Togo.

Encore 700 millions de dollars seront consacrés à ce programme dans les six mois à venir, après 500 millions déjà dépensés.

En outre la Banque a décidé de porter de 4 à 6 milliards de dollars annuels jusqu’en 2010 ses prêts destinés à l’agriculture et à l’alimentation. D’ici juillet, l’institution multilatérale prévoit d’approuver 4 milliards de dollars de nouveaux projets, sans compter un autre milliard débloqué par la Société financière internationale (IFC/SFI).

Written by illico

26 janvier 2009 at 5:52

L’Egypte continue les négociations pour une trêve durable à Gaza

leave a comment »

L’Egypte a poursuivi sa médiation en vue d’une trêve durable à Gaza en discutant dimanche avec le Hamas des moyens d’éviter une nouvelle guerre, trois jours après avoir reçu un émissaire israélien.

Une semaine après la fin du conflit meurtrier entre Israël et le Hamas, qui contrôle la bande de Gaza depuis juin 2007, des représentants du mouvement islamiste palestinien se sont entretenus avec le chef des renseignements égyptiens Omar Souleimane des moyens de « consolider le cessez-le-feu et de parvenir à un accord de trêve » durable, a indiqué l’agence officielle Mena.

Les discussions ont également porté sur la manière de « mettre fin au blocus, d’ouvrir les points de passage et de reprendre le dialogue national palestinien », a précisé l’agence.

Rien n’a filtré de l’entretien, mais un porte-parole du Hamas à Damas a répété à l’AFP que le mouvement était prêt à observer une trêve « d’un an maximum », à condition que l’Etat hébreu mette fin au blocus.

La délégation du Hamas comprend Emad el-Alami et Mohammed Nasr, membres du bureau politique du Hamas en exil à Damas, ainsi que des représentants du mouvement à Gaza, Salah al-Bardawil et Jamal Abou Hachem, selon l’agence Mena.

Pendant le conflit, M. Souleimane, l’homme-clé des négociations, s’est entretenu séparément avec des responsables israéliens et du Hamas, afin de tenter d’appliquer un plan de sortie de crise proposé par le président Hosni Moubarak.

Jeudi, le général Souleimane a reçu pendant cinq heures le négociateur israélien Amos Gilad.

M. Gilad a déclaré samedi sur une chaîne israélienne que l’Egypte était « en mesure » de mettre fin à la contrebande d’armes de son territoire vers la bande de Gaza.

« La disposition de l’Egypte à oeuvrer contre la contrebande d’armes est sans précédent, a-t-il affirmé.

L’armée israélienne a lancé le 27 décembre l’opération « Plomb durci » contre le Hamas qui, en 22 jours, a fait plus de 1.300 morts palestiniens.

Israël avait fixé deux objectifs à l’offensive: l’arrêt des tirs de roquettes de Gaza sur son territoire et celui de la contrebande d’armes vers Gaza.

La ministre israélienne des Affaires étrangères, Tzipi Livni, a prévenu qu’Israël se réservait le droit de frapper de nouveau les tunnels creusés sous les 14 km de la « ligne de Philadelphie ».

Le ministre israélien de la Défense, Ehud Barak, se rendra en milieu de semaine prochaine à Washington afin de discuter de la mise en oeuvre d’un accord bilatéral de lutte contre la contrebande d’armes.

Israël a conclu avec les Etats-Unis un accord de lutte contre les filières d’acheminement, obtenant un engagement de quatre pays européens à faire de même.

La France a ainsi envoyé une frégate dans les eaux internationales au large de la bande de Gaza pour participer à la lutte contre la contrebande d’armes, en coopération avec l’Egypte et Israël.

Mais le représentant du Hamas à Beyrouth, Oussama Hamdane, a affirmé que son mouvement allait « continuer à acquérir des armes ».

« Ni les porte-avions ni la surveillance aérienne et maritime ne peuvent nous empêcher de disposer d’armes ou d’introduire des armes dans la bande de Gaza et en Cisjordanie », a dit M. Hamdane. « La résistance (contre Israël) doit continuer et doit vaincre et pour cela nous devons disposer d’armes, c’est un droit légitime », a-t-il ajouté.

L’Egypte entend aussi « réconcilier » le Hamas et le Fatah du président de l’Autorité palestinienne Mahmoud Abbas. Des dirigeants de factions palestiniennes, dont le Fatah, sont attendus cette semaine au Caire.

Written by illico

25 janvier 2009 at 6:07

Publié dans actualités

Tagged with ,

Où évacuer les actifs pourris des banques allemandes?

with one comment

Le gouvernement allemand cherche à soulager les banques de leurs actifs toxiques, mais se trouve en dangereuse posture. La solution radicale, celle de la « bad bank », coûerait cher au contribuable. Une « bad bank » rachète les actifs sans valeur des banques, invendables sur le marché,pour les revendre plus tard, quand la situation s’est normalisée. La valeur réelle de ces actifs a fondu comme neige au soleil sous l’effet de la crise : ils polluent maintenant les comptes des banques : elles doivent procéder à des dépréciations, ce qui pèse sur leurs résultats etrend plus difficile de nouveaux emprunts. Selon le magazine Spiegel, les actifs « pourris » des 20 principales banques allemandes atteindraient 300 milliards d’euros. Pour l’ensemble du secteur, ce serait un total de 1.000 milliards d’euros. La Deutsche Bank, première banque du pays, a provoqué une onde de chaoc en annonçant une perte de près de 5 milliards sur le seul quatrième trimestre. Ceci permet de juger de la situation du marché allemand. Le plan fédéral de soutien des banques, doté en octobre de 400 milliards d’euros de garanties publiques et 80 milliards d’euros de recapitalisation, est très critiqué. les banquiers réclament un système de « bad bank », ce qui coûterait entre 150 et 200 milliards d’euros pour le contribuable, selon le ministre fédéral des Finances Peer Steinbrück, alors que le budget de l’Allemagne est déjà plombé par la récession. Par ailleurs, 2009 est une année électorale en Allemagne, avec des élections générales en septembre. Les électeurs ne manqueront pas de faire leurs comptes, et forcément le gouvernement, s’il fait trop de dépenses, se heuretera à un problème. Du coup, on discute à berlin des alternatives à une « bad bank » classique : chaque banque pourrait réer sa « structure de défaisance », selon le Süddeutsche Zeitung de vendredi citant des sources gouvernementales. Seulement voilà : cette solution, séduisante sur le papier car permettant à chaque institut de traiter ses propres actifs toxiques, « n’éviterait pas à l’Etat de verser des liquidités ou des garanties pour permettre aux banques d’équilibrer le passif de leurs bilans », objecte une source parlementaire à l’AFP. Autre solution prônée par des députés conservateurs (CDU) : que l’Etat récupère des actifs toxiques des banques à hauteur de la valeur de ces titres lors du bouclage des bilans annuels. « L’Etat prendrait en charge les actifs sans être obligé de verser des liquidités aux banques », explique le député Steffen Kampeter, responsable des questions budgétaires pour le parti conservateur. Mais l’Etat spporterait la dépréciation des titres quand ils arriveront à échéance. En contrepartie, « les banques devraient rembourser l’Etat avec des parts de leurs bénéfices », et ce pendant « plusieurs années », poursuit M. Kampeter dans une note ; ce système avait été employé avec succès pour assainir les banques est-allemandes après la Réunification. De nombreuses questions restent cependant en suspens. « Est-ce que les banques devront racheter un jour (les titres, ndlr), et si oui, à quel prix? » s’interroge Michael Kemmer, le patron de la banque régionale BayernLB, dans le Süddeutsche Zeitung. En outre, « les règles internationales de comptabilité rendent difficile un retrait total des actifs critiques du bilan (…), ajoute-t-il. C’est un sujet énormément complexe ».

Comprendre la crise.

Ou là.

Written by illico

25 janvier 2009 at 8:37

Albanie : les musulmanes pourront garder leur foulard pour les passeport biométriques

leave a comment »

Les autorités albanaises ont décidé de permettre aux musulmanes de garder le foulard sur les photos destinées aux cartes d’identité et aux passeports biométriques, a annoncé vendredi le ministère albanais de l’Intérieur.

« Les femmes musulmanes auront le droit d’être photographiées avec leur foulard pour la carte d’identité et le passeport biométriques », a déclaré le ministre albanais de l’Intérieur, Ferdinand Poni, à l’issue d’un entretien avec des représentants de la communauté musulmane d’Albanie.

Ces représentants avaient protesté jeudi contre le refus initial des autorités de permettre aux femmes de porter le foulard sur les photos de leurs pièces d’identité.

« Les autorités albanaises et les représentants de la communauté musulmane se sont mis d’accord que le foulard ne cache pas le visage et le front », a déclaré à l’AFP le porte-parole du ministère de l’Intérieur Fatmir Konja.

Les lois appliquées dans certains pays, dont la France, exigent que sur les cartes d’identité le visage soit photographié de face et que la tête soit dégagée, sans aucun objet qui en dissimulerait la totalité ou une partie.

L’Albanie est un pays majoritairement musulman avec d’importantes minorités orthodoxe et catholique.

La société française Sagem Sécurité avait été sélectionnée en septembre dernier par le ministère albanais de l’Intérieur, à l’issue d’un appel d’offres international, pour réaliser ces cartes d’identité et passeports biométriques.

Written by illico

24 janvier 2009 at 3:22

Publié dans actualités

Tagged with , , ,