Sic transit gloria mundi

Le bloc note personnel de Charlie

Colonna, la suite

leave a comment »

Les nouveaux témoins vont être cités.

Maître Patrick Maisonneuve, l’un des avocats d’Yvan Colonna jugé à Paris en appel pour l’assassinat du préfet Claude Erignac, a annoncé lundi à la presse qu’il allait demander « un supplément d’information » au président de la cour d’assises.

Un ancien collaborateur du préfet Erignac, Didier Vinolas, a laissé entendre vendredi lors du procès que deux de ses meurtriers présumés seraient toujours dans la nature.

Ancien secrétaire général du préfet de Corse, il a en outre déclaré avoir transmis cette information dès 2001-2002 à Yves Bot, ex-procureur de Paris, et avoir récemment informé par écrit Laurent Lemesle, procureur général, et le président de la cour d’assises Didier Wacogne.

Cette révélation a provoqué la colère des avocats de Colonna qui ont dénoncé un « scandale d’Etat » et annoncé le dépôt d’une plainte contre X pour « entrave à la manifestation de la vérité ».

Ils veulent que leur soit communiqué les courriers  adressés au procureur général, au président de la cour d’assises et dont ils n’ont pas eu communication. Selon les résultats, ils demanderont un supplément d’information. Pour eux, ce supplément d’information devrait être fourni par la cour, sans demande spéciale.

« Le témoin a cité un certain nombre de noms. Il a rencontré un procureur (Yves Bot, ndlr), il a mis son informateur au contact de ce procureur, des fonctionnaires de police ont été destinataires de ces informations dont un qui a participé à l’enquête, à savoir le commissaire Philippe Frizon. Et tout cela n’a pas été communiqué au juge d’instruction en charge du dossier », a résumé l’avocat en dénonçant « une anomalie particulièrement grave ».

« La théorie de l’accusation est de dire, il y avait sept hommes dans le groupe des anonymes (six déjà condamnés plus Yvan Colonna, ndlr) et on nous dit qu’il y en a deux qui sont aujourd’hui dans la nature. On serait donc à neuf, ou alors certains n’appartiennent pas au groupe », a-t-il estimé en parlant de « confusion » dans ce dossier.

« Le témoin a dit que son informateur était quelqu’un de tout à fait respectable », a rappelé Me Maisonneuve. « Le procureur de la République qui a rencontré ce témoin a pu vérifier cette respectabilité. Alors, pourquoi ces informations n’ont pas été données au juge en charge du dossier », se demande l’avocat. « A toutes ces questions là, il faut apporter des réponses », a-t-il conclu.

Cette affaire est décidément bien intéressante !!

De nouvelles citations vont être demandées.

Publicités

Written by illico

16 février 2009 à 11:25

Publié dans actualités, France

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :